top of page
Nout.jpg
NOUT
Interprétation du mythe au niveau ontologique

Nout fait partie de l’ennéade, soit des neuf dieux égyptiens primordiaux. Elle est le firmament, la mère des astres. Elle est fille de l’Air. Sur Terre, Son rire est le tonnerre, ses larmes la pluie, son corps la voûte céleste, ses quatre membres touchent le sol aux quatre points cardinaux. Le zodiaque EST son corps. Les planètes cheminent en elle, la traversent. Elle avale tout objet céleste au point de l'Ouest afin de les faire renaître au point de l'Orient. Ainsi, l’Ouest est sa bouche – l’Est son Yoni. Le Soleil la féconde tous les soirs, quand il se fait avaler par elle. Il permet à toute semence en Elle de germer pendant la nuit afin qu'au matin elle engendre le jour, nouveau né. C'est pourquoi elle est mère de tous les astres et par conséquent de tous les corps même terrestres,qu'elle a engendrés.

Plus  généralement, son corps correspond à tous les zodiaques : Tropical - Sidéral - Galactique et peut être assimilée au ruban de la voie lactée. Large est son territoire, large est donc sa symbolique, puisque chaque zodiaque se réfère à un niveau de conscience particulier. Du niveau le plus involutif représenté par les 36 décans qui "morcellent" la trajectoire du Soleil dans le zodiaque, au niveau le plus évolutif, holistique, représenté par les vingt-sept segments de constellations du zodiaque galactique.

Mais au-delà de l'aspect terrestre exotérique, sur un plan ontologique, le livre des morts égyptiens lui attribue le ruban astral à travers lequel l'âme hors du corps évolue. Ce qui évoque la progression des défunts dans l’au-delà et principalement dans le Tunnel conduisant les âmes vers l'autre rive. Ce dernier, ne ferait-il pas office de Yoni vers une nouvelle naissance sur les plans spirituels ?

Alors, à ce niveau, la bouche de Nout, l'Ouest (l'occi-dent) avale l'âme du défunt (devenu occis) au moment de la mort du corps ou l'âme hors du corps physique et, son Yoni assurerait sa renaissance sur le plan spirituel supérieur.

 

Nout est le temps, la distance qui féconde entre la semence et le fruit. La distance entre un point A et un point B, passant par une fertilisation.

Il y a un parallèle, ici, entre Nout et les Nœuds Nord ascendants et Nœuds Sud descendants lunaires. (Voir l'article sur les Nœuds planétaires ICI). Les NN remontent à la source par le tronc de l’arbre jusqu’au septentrion. Ils pointent la polaire, l’étoile comme-une et ainsi, nourrissent, fertilisent du Feu de l'Esprit Unitaire, la semence engendrée aux NS. Le temps nécessaire à l'accomplissement, soit plusieurs cycles.

Quotidiennement, Nout est liée à la fois à la vie diurne et nocturne, puisque le sommeil est à la mort ce que le jour est à la vie. Mais, l'Humain actuel, pour la plupart, dans son sommeil oublie son vécu diurne et vice-versa. Il est plongé le plus souvent dans un abîme d'inconscient qui le manipule psycho-émotionnellement. Il est appelé à faire un travail de Re-éveil, c'est à dire de conscience afin de re-naître entier. Toute l'Humanité entière, passant par chaque individu, a à fertiliser sa conscience en un processus d'individuation et ainsi Évoluer par la thésaurisation, en son âme, l'acquis de sa transmutation. 

Alors, la Nout personnelle de l’Homme sera pleinement consciente. Elle sera l'Âme où est capitalisée toutes ses existences humaines transmutées. Elle sera le tronc avec ses racines incarnées sur Terre ; incarnation dont les branches et les feuilles seront ses différents corps subtils. Ceux-ci brandiront fièrement leurs fruits terrestres fertilisés par le feu de l'Esprit, issus d'un long travail intérieur de maturation, de connexion entre les différents plans. Ils préfigureront à la renaissance de l'Humanité tel le Phénix renaissant de ses cendres.

Interprétation inspirée par les lectures de Schwaller de Lubicz, les vidéos de Fernand Schwarz, la lecture du livre des morts égyptiens.

©Isabelle Cottard

bottom of page